Études

19 décembre 2019

La Grande Borne octobre 2016 : quand est franchie la frontière du quartier

Michel Aubouin est préfet, ancien inspecteur général de l’administration, auteur de « 40 ans dans les cités » et de « Histoire et dictionnaire de la police française » (avec Jean Tulard).

Télécharger l'étude

Le 8 octobre 2016, un commando d’individus cagoulés est sorti du quartier de la Grande Borne, dans l’Essonne, pour incendier deux véhicules de police qui stationnaient de l’autre côté de la route départementale et tenter de tuer leurs occupants. Les quatre agents visés survivront miraculeusement à cette tentative d’assassinat. 

La gravité de l’acte a marqué les esprits, mais il a surtout cranté un échelon de plus dans la détérioration générale de la situation. Jusque-là, en effet, toutes les irruptions de violence collectives, qualifiées de « violences urbaines », se déroulaient dans le champ clos de la cité. 

Alors que le procès des auteurs de cette attaque brutale vient de s’achever, avec des peines très inférieures à celles demandées lors des réquisitions, Michel Aubouin, ancien préfet, et auteur en 2016 d’un rapport remarqué au Premier ministre sur la situation des banlieues, analyse les causes de la dérive progressive du quartier de la Grande Borne. 

Cette dérive est exemplaire de celle de la plupart des quartiers dits « sensibles » et le procès qui s’achève aurait dû être l’occasion d’une prise de conscience publique et d’une réflexion politique approfondie sur le grave problème qu’ils représentent. Malheureusement, on ne peut pas dire que tel a été le cas. 

Partager

partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn envoyer par email