Tribune

Larossi Abballa, révélateur de lacunes de notre justice selon l’IPJ

Guillaume Jeanson, porte-parole de l'Institut pour la Justice, était invité à réagir sur Figarovox suite à l'assassinat de Larossi Abballa qui a sauvagement exécuté deux policiers à leur domicile. Ce terroriste avait été condamné à 3 ans de prison en 2013 pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes. Pour Guillaume Jeanson, il est urgent de revoir l'échelle des peines et de construire des places de prison.

Publication
14 juin 2016
Durée de lecture
1 minute
Média
Figarovox

Deux attentats de Daech en quelques heures

Quelques heures après le massacre d’Orlando, un autre individu ayant prêté allégeance à Daech, Larossi Abballa, a tué sauvagement une couple d’agents de la police nationale à leur domicile.

Guillaume Jeanson revient sur les récents chiffres en matière de terrorisme. Plus de 10.000 personnes sont signalées pour leur islamisme radical en France, dont 1 500 détenus. 630 Français sont dans les rangs de Daech en Syrie.

Les programmes de déradicalisation, une solution miracle?

Si les programmes de déradicalisation fleurissent depuis quelques mois, plusieurs voix émettent des réserves à commencer par les sénatrices Esther Benbassa et Catherine Troendlé qui, chargées d’une mission parlementaire sur le sujet, voient la possible tentation de surfer sur un marché où les montants des subventions publiques explosent.

Le psychiatre Roland Coutanceau quant à lui, s’inquiète de voir des jeunes djihadistes “shootés aux vidéos de Daech” et pour lesquels “la possibilité qu’ils ont de faire marche arrière est faible”.

Guillaume Jeanson ne s’oppose pas aux programmes de déradicalisation qui méritent d’être tentés, mais appelle à ne pas s’en remettre exclusivement à eux. Mais un effort en matière de suivi des profils à risque lui parait plus important.

Revoir l’échelle des peines et construire de nouvelles places de prison

Pour Guillaume Jeanson, il est nécessaire de revoir l’échelle des peines. En accord avec le magistrat Marc Trevidic, il estime les peines en correctionnelle insuffisamment longues. Avec un maximum de 10 ans et des peines prononcées bien souvent inférieures, notre arsenal pénal demeure inadapté pour les profils djihadistes en matière correctionnelle.

Autre point, la construction de nouvelles places de prison reste incontournable. La sous-capacité carcérale de notre pays a conduit la justice à ne répondre qu’à des logiques de flux. Une situation absurde parfaitement illustrée par le stock de 80.000 à 100.000 peines de prison ferme en attente d’exécution.

Le gouvernement reste timide sur ce sujet. Après avoir annoncé la construction de 12 000 places, le garde des Sceaux ne reconnait qu’a demi-mot la nécessité de 20.000 nouvelles places.

Lutter contre la délinquance revient à lutter contre le terrorisme. La plupart des terroristes de Daech ayant frappé la France ont un passé délinquant fourni. Conjugué à la radicalisation, un passé délinquant est un terreau habilement utilisé par Daech pour utiliser des délinquants à des fins terroristes.

 

Partager

partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn envoyer par email

À consulter également