Communiqué de presse

27 novembre 2017

Des réductions de peine désarmantes…

L’Institut pour la Justice, think tank citoyen œuvrant pour une justice plus protectrice des citoyens et plus équitable à l’égard des victimes, apprend avec inquiétude l’initiative menée au centre pénitentiaire de Baie-Mahault, révélée dans le Parisien de ce jour, qui consisterait à accorder des crédits de réduction de peine supplémentaires aux détenus choisissant de remettre leurs armes.

Télécharger le communiqué

Si le fléau des armes mérite évidemment, comme celui des autres objets illicites circulant en détention, des réponses fermes et concrètes de l’administration en ce qu’il nuit gravement à la sécurité des détenus et à celle du personnel pénitentiaire, une telle initiative n’apparaît cependant pas exempte de risques importants.

Outre le fait qu’elle constitue un terrible aveu d’impuissance de l’État face aux violences carcérales, elle pourrait hélas être également perçue par certains détenus comme une forme d’appel à la fabrication d’armes artisanales pour bénéficier de crédits de réduction de peine.

L’Institut pour la Justice appelle donc la garde des Sceaux à mettre fin à cette initiative dangereuse tout en veillant bien sûr à doter le parquet de Guadeloupe et l’administration pénitentiaire de moyens suffisants pour lutter autrement, mais efficacement, contre ce fléau des armes en détention.

Partager

partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn envoyer par email

À consulter également