Communiqué de presse

29 janvier 2019

Nouveau thème pour le grand débat : les Français acceptent-ils le rapatriement des djihadistes en France ?

L’Institut pour la Justice, think tank citoyen œuvrant pour une justice plus protectrice des citoyens et plus équitable à l’égard des victimes, fait part de sa grande inquiétude après les propos du Ministre de l’Intérieur ce mardi 29 janvier sur les djihadistes partis en Syrie ou en Irak que la France envisage de rapatrier.

L’Institut pour la Justice s’interroge d’abord sur la capacité réelle à incarcérer les djihadistes de retour, alors même que des records de surpopulation carcérale sont battus chaque mois.

L’Institut pour la Justice s’interroge ensuite sur les conditions d’incarcération de ces détenus. L’isolement de chacun semble impossible à mettre en oeuvre. L’isolement collectif est-il opportun ? Devront-ils être disséminés dans différents établissements à l’heure où le prosélytisme bat son plein dans les prisons ?

Par ailleurs, l’Institut pour la Justice rappelle au Ministre de l’Intérieur que si ces individus “sont des Français avant d’être djihadistes”, il n’en demeure pas moins qu’ils ont pris les armes contre leur pays et qu’ainsi, ils sont désormais, pour la majorité des Français, autant des traîtres que des ennemis de la nation.

Partager

partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn envoyer par email

À consulter également