Voici les parents les plus exemplaires que j’ai rencontrés – Ils s’appellent Joël et Corinne

Cette lettre a été envoyée aux adhérents de l’Institut pour la Justice le 15 mars 2022.

 

Voici les parents les plus exemplaires que j’ai rencontrés – Ils s’appellent Joël et Corinne

Pierre-Marie Sève de l'IPJ Cher lecteur,

Je voudrais vous faire lire un des témoignages les plus émouvants (et terribles à la fois) que j’ai entendu depuis que je suis arrivé à l’Institut pour la Justice.

Vous le connaissez peut-être. Il s’agit du témoignage de Joël et Corinne Censier.

Ils quittent la France pour sauver leur famille

Joël et Corinne sont les parents de Jérémy, jeune homme de 19 ans plein d’avenir, tué par une bande en août 2009.

Joël et Corinne ont d’abord subi l’immense peine de perdre un enfant.

Ils ont également subi un parcours judiciaire extrêmement éprouvant : semé d’épreuves, fait de libérations, de vices de forme, etc…

Ce parcours, qui continue encore aujourd’hui, a notamment eu un rebondissement effroyable il y a quelques années.

Un des complices du meurtre, condamné à 4 ans de prison, a été libéré en avance. Mais cela, vous le savez : pratiquement aucun criminel ne purge sa peine en intégralité en France.

Mais ce criminel est revenu vivre tout près du domicile de Joël et Corinne, à quelques kilomètres.

Je laisse Joël et Corinne vous expliquer la suite, avec leurs mots :

Joël : « En laissant un des meurtriers de mon fils déménager à 10 kilomètres de chez moi, on me donne la possibilité, sur un coup de sang, de tomber sur lui et de lui faire la peau…

Alors quand on est venu me dire que cet individu habitait à 10 km de moi,qu’est-ce que vous croyez que j’ai fait ?

J’ai pris ma voiture, j’y suis allé… Il ne m’a fallu que 5 minutes pour le trouver.

Le lendemain, j’y suis retourné. Et en moins de 3 minutes, je l’ai retrouvé.

Vous croyez que j’y suis allé juste pour le regarder ? Non, j’étais parti avec une idée bien précise en tête.

Celle de peut-être commettre l’irréparable.

Je suis rentré à la maison et j’en ai discuté avec ma femme, Corinne.

Et j’ai fait comprendre à Corinne qu’il fallait qu’on parte… Qu’on ne pouvait pas rester en France.
»

Corinne enchaîne :

Corinne : « Si les mères des victimes n’étaient pas là, il y a longtemps que les pères de famille seraient passés à l’acte.

Ce n’est pas qu’on baisse les bras en déménageant, c’est parce qu’on veut sauver nos familles.

J’aime mon mari Joël, je ferais tout pour lui, mais je le dis, c’est un crève-cœur que d’être loin de mes enfants et de mes petits-enfants.
 »

Aujourd’hui, Joël et Corinne habitent à l’étranger, quelque part en Europe…

Voici un couple qui s’aime, un couple uni, qui a perdu un fils, qui s’est battu pendant des années avec l’institution judiciaire, censée les protéger.

Et ce couple a finalement dû quitter son pays, ses amis, sa famille, pour enfin vivre dans un semblant de paix.

Ces parents ont profondément ému Armel Joubert des Ouches, le réalisateur du documentaire de l’Institut pour la Justice « Coupables d’avoir été victimes ».

Une dizaine de témoignages poignants

Moi-même, en écoutant ce témoignage, je ne peux qu’imaginer mes propres parents dans cette situation… et cela me serre le cœur.

Je voudrais vous poser la question : qu’auriez-vous fait à leur place ?

Auriez-vous quitté votre pays et vos amis, pour éviter de commettre un acte de vengeance ?

Vous seriez-vous engagé, comme Joël et Corinne, pour réformer la Justice ?

Vous retrouverez ce témoignage ainsi qu’une dizaine d’autres dans le grand documentaire « Coupables d’avoir été victimes », disponible gratuitement pour une durée limitée sur YouTube.

Pour voir ce documentaire, il vous suffit de cliquer ici.

VISIONNER LE DOCUMENTAIRE

J’espère qu’il vous plaira et qu’il vous touchera.

Avec tout mon dévouement,

Pierre-Marie Sève de l'IPJ
  Pierre-Marie Sève
Directeur de l’Institut pour la Justice

+ Recevez notre étude "Immigration et délinquance" en PDF