Signez pour que l’agriculteur cambriolé puisse rentrer chez lui

Cette lettre a été envoyée aux adhérents de l’Institut pour la Justice le 7 avril 2022.

 

J’écris un courrier urgent au tribunal d’Angoulême – Signez pour que l’agriculteur cambriolé puisse rentrer chez lui

Pierre-Marie Sève de l'IPJ Cher ami de l’Institut pour la Justice,

Il y a quelques jours, je vous alertais sur l’ignoble affaire de l’agriculteur de Longré, en Charente, dont la presse régionale a beaucoup parlé.

Il y a 10 jours, un agriculteur, vivant seul avec sa fille de 3 ans, a été cambriolé de nuit par 4 hommes.

Pour défendre sa maison et sa famille, – et même sa propre vie ! – il a tiré et tué un cambrioleur.

Pour cela cet agriculteur a été mis en examen pour meurtre, alors même que le code pénal prévoit une présomption de légitime défense pour son cas précis (article 122-6)…

Mais le pire est à venir.

Le procureur d’Angoulême a demandé, en attendant le procès, que cet agriculteur soit interdit de paraître à son domicile jusqu’à son procès.

Il ne peut donc pas retourner chez lui, et il doit trouver une solution de logement pour lui et sa fille pour les mois qui viennent.

Cette situation est inhumaine et parfaitement injustifiée !

Ce mardi, je vous ai donc demandé de signer une pétition demandant la fin immédiate de ce contrôle judiciaire.

C’est un premier succès, puisque plus de 15 000 personnes ont déjà signé cette pétition à l’heure où je vous parle.

Je vous en remercie du fond du cœur.

Mais, il faut aller plus loin.

J’ai écrit un courrier officiel au procureur

J’ai décidé d’écrire un courrier officiel au tribunal d’Angoulême, pour demander rapidement la fin de cette interdiction de domicile.

Voici le courrier, prêt à être envoyé au tribunal d’Angoulême :

agriculteur cambriolé

Seulement, il y a un hic.

Je ne pourrai envoyer ce courrier que si la pétition atteint les 30 000 signataires. .

C’est une question de crédibilité.

Si 30 000 citoyens comme vous se mobilisent, la Justice n’aura pas d’autre choix que de me répondre… et peut-être de laisser Alexandre* dormir chez lui dès ce weekend.

J’ai prévu d’envoyer ce courrier en recommandé accéléré, dès aujourd’hui. Il sera reçu par le tribunal demain dans la journée.

Cela laissera au tribunal toute la journée pour décider de la fin du contrôle judiciaire, et pour permettre à Alexandre et sa fille de dormir chez eux dès ce vendredi soir.

D’ici demain matin, le temps presse.

Je vous demande donc solennellement de signer cette pétition, si ce n’est pas déjà fait.

JE SIGNE

Beaucoup trop d’entre vous ont lu ce courriel sans signer la pétition. Il faut me croire, votre signature peut tout changer !

Et surtout, je vous demande de transférer ce mail à vos amis, à votre mari ou votre femme, à vos neveux ou nièces, à vos frères ou à vos soeurs…

Si chacun d’entre vous signe cette pétition et la transfère à 10 de ses contacts, nous aurons une chance de faire bouger la Justice.

Je vous le demande au nom d’Alexandre et de sa petite fille.

Je vous le demande au nom de la Justice.

Avec tout mon dévouement,

Pierre-Marie Sève de l'IPJ
  Pierre-Marie Sève
Directeur de l’Institut pour la Justice



PS : L’Institut pour la Justice est en contact avec l’avocat d’Alexandre et les choses peuvent évoluer très vite. Signez (ici) et transférez la pétition à 10 de vos contacts, pour permettre à Alexandre et sa fille de rentrer chez eux.

+ Recevez notre étude "Immigration et délinquance" en PDF