« Allo la police ? C’est Omar Sy… » Arsène Lupin s’est fait braquer !

Cette lettre a été envoyée aux adhérents de l’Institut pour la Justice le 17 mars 2022.

 

« Allo la police ? C’est Omar Sy… » – Arsène Lupin s’est fait braquer !

Axelle Theillier de l'IPJ Chère Madame, cher Monsieur,

Cela pourrait s’appeler le voleur volé, ou bien l’arroseur arrosé.

C’est un grand classique du cinéma comique et d’ailleurs L’arroseur arrosé est un des premiers films tournés par les frères Lumière, en 1895.

Mais, cette fois-ci, il s’agissait plutôt d’une production à grand spectacle. Jugez plutôt.

Le 25 février dernier, dans la cité Pablo Picasso, à Nanterre, le tournage de la troisième saison de la série Lupin est en cours.

Cette série, diffusée sur Netflix, rencontre un grand succès. Il faut dire que l’acteur principal n’est autre qu’Omar Sy, qui a été élu personnalité préférée des Français il y a quelques années.

Omar Sy est un acteur très recherché, qui enchaîne les grosses productions et vit à Los Angeles depuis déjà plusieurs années.

Mais Omar Sy est aussi quelqu’un qui a des idées politiques très affirmées. Il a notamment traité Éric Zemmour de « criminel », il a appelé à « faire barrage » à Marine Le Pen en 2017 et il a cosigné une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour demander au président de la République de mettre fin « aux violences envers les migrants. »

Depuis sa villa américaine, il a également pris fait et cause pour la famille Traoré qui, depuis des années, réclame « justice pour Adama », l’un des membres de la fratrie, délinquant multirécidiviste décédé à la suite de son interpellation par la gendarmerie, en juillet 2016.

Il y a deux ans, il a signé une pétition dénonçant les « violences policières » et exigeant « la remise en cause d’un système qui ne peut prétendre à la justice sans mettre fin à l’impunité organisée qui sévit depuis des décennies. »

Autant dire qu’Omar Sy n’est pas en très bons termes avec la police française, qu’il accuse implicitement d’être raciste et de tuer « les jeunes des cités. »

Et justement, ce jour-là, à Nanterre, la police n’est pas présente sur le lieu du tournage de Lupin.

Pourtant la cité Pablo Picasso est bien connue pour être un « quartier sensible », dans lequel prospère la délinquance et le trafic de drogue.

Mais les responsables du tournage ont préféré faire appel à la main d’œuvre locale, peut-être sur le conseil d’Omar Sy. Comme l’explique Valeurs Actuelles, douze à quatorze « jeunes » avaient été recrutés pour encadrer le tournage. « L’idée derrière ce choix était de donner une bonne image du quartier. »

Un braquage comme au cinéma

Malheureusement cette confiance a été bien mal payée de retour…

Il était quinze heures ce jour-là et l’équipe du tournage reprenait le travail, lorsque des explosions se font entendre.

Stupéfaits, les membres de l’équipe comprennent qu’ils sont attaqués à coup de mortiers d’artifice. Ils prennent alors leurs jambes à leur cou pour échapper aux dangereux projectiles.

Immédiatement, une vingtaine d’assaillants envahissent les lieux et dérobent tout ce qui leur tombe sous la main : une grande quantité de matériel (perches, trépieds, batteries…), ainsi que des affaires personnelles (portefeuille, téléphone portable, blouson…).

Au total, le préjudice sera estimé à quelques 300 000 euros…

Dans premier temps, la production essaye de négocier directement avec les habitants de la cité pour récupérer le matériel volé, mais en vain.

Pour la « bonne image » du quartier, c’est un peu raté.

Alors, en désespoir de cause, plainte est déposée, et la police, pas rancunière, se met au travail.

Après une minutieuse enquête et des dizaines d’auditions, la sous-direction de la Police judiciaire des Hauts-de-Seine a fini par procéder, ce mercredi 9 mars, à l’interpellation de sept personnes.

L’un des sept suspects arrêtés, qui serait le meneur, s’appelle Rahman B.

Habitant de la cité Pablo Picasso, il est bien connu des services de police pour de multiples faits, concernant du trafic de stupéfiants notamment.

Bizarrement, Omar Sy n’a fait aucun commentaire au sujet de ce braquage. Le comédien, d’habitude si loquace au sujet de la police et de la « jeunesse des cités », a observé un silence pudique sur cet « incident ».

Mais qui sait, peut-être retrouvera-t-il la parole pour décrocher son téléphone et féliciter les policiers pour leur travail ? Peut-être même leur présentera-t-il des excuses pour les propos irréfléchis qu’il a pu proférer à leur encontre ?

Ne dit-on pas qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent jamais d’avis ?

Avec tout mon dévouement,

  Axelle Theillier de l'IPJ
  Axelle Theillier
Présidente de l’Institut pour la Justice

+ Recevez notre étude "Immigration et délinquance" en PDF