Paris négligé, Paris souillé, Paris saccagé !

16 avril 2021

Paris négligé, Paris souillé, Paris saccagé !

Paris est la plus belle ville du monde dit-on, mais pour combien de temps encore ? Il semblerait qu'elle soit devenue un véritable dépotoir selon de nombreux Parisiens en colère.
En effet depuis une quinzaine de jours, les habitants de la capitale usent massivement du hashtag #saccageParis sur Twitter.

Paris négligé, Paris souillé, Paris saccagé !
Exemple de poubelles qui s’entassent dans la rue, la maire Anne Hidalgo minimise la situation

Ils ont été suivis dans la foulée par des personnalités politiques telles que Rachida Dati ou encore Marine le Pen. De nombreux clichés ont été mis en ligne pour dénoncer la défiguration flagrante de la capitale à grand coup de politique bobo. Selon les twittos, cette politique serait tout simplement insensée. De fait, la municipalité investit surtout dans des aménagements éco-responsables et dits “durables”, qui, en plus d’être coûteux ne sont même pas durables! (cf les photos) Il serait donc plus sensé de revenir à l’essentiel, à savoir la propreté. Ce genre de politique ridicule a vraiment le don d’agacer les Parisiens, on les comprend…

Ce gachi d’argent rend donc nos Parisiens bien nerveux ces temps-ci. D’autant plus que l’insécurité est en hausse depuis plusieurs années. Selon un audit commandé en octobre 2018 par la mairie, 65 % des Parisiens jugent que la ville est sûre mais un sur deux a le sentiment que la situation s’est dégradée. On comprend donc cet agacement généralisé. De nombreuses dégradations ont d’ailleurs été immortalisées et partagées par les internautes, on voit par exemple du mobilier urbain végétalisé rempli de bouteilles de bières vides, des détritus dans les caniveaux ou dans le bassin de la Villette, des chaussées défoncées et non réparées, ou encore des graffitis.

Celui qui a initié ce hashtag viral a témoigné de manière anonyme dans Le Parisien: «Je suis Parisien depuis vingt ans et j’ai vu la ville se dégrader depuis l’arrivée d’Anne Hidalgo à la tête de l’Hôtel de Ville». En réponse à cette attaque, la maire de Paris Anne Hidalgo et son équipe semblent minimiser le problème. Il y aurait selon eux un « travestissement de la réalité ». En tout cas, les deux camps sont d’accord pour dire que cela pourrait être mieux géré.

Mais alors la question est la suivante : à qui la faute ?

La Ville dépassée par la tâche

Les explications sont multiples. Et la municipalité a certainement une grande part de responsabilité. Il faut dire que la Covid-19 ne l’aide pas: les effectifs de nettoyage étant réduits de 10% depuis le début de la crise, la ville de Paris peine à tenir le rythme de ramassage des poubelles, ce qui entraîne immanquablement du retard dans certains quartiers. Emmanuel Grégoire, l’adjoint au maire donne son analyse et défend Anne Hidalgo comme il le peut : « Cela a toujours été la situation d’une ville qui est dense, dans laquelle il y a beaucoup d’habitants et sur laquelle nous mobilisons des moyens exceptionnels, en particulier dans le contexte Covid [qui entraîne] beaucoup de perturbations dans le fonctionnement de la Ville, y compris celui des services publics ». En résumé, garder une capitale propre c’est dur, surtout en période de crise sanitaire. Peut mieux faire.

La tentation est grande dans le camp de la maire de rendre la Covid entièrement responsable de ce problème. Pourtant avant même que ce virus n’apparaisse, le problème de la saleté à Paris était lancinant. La mairie assure par ailleurs qu’elle a fait un effort : « 2500 agents interviennent tous les jours, plusieurs fois par jour, dans tout Paris ».  Est-ce suffisant ? Apparemment non.

Finalement ce que beaucoup reprochent à la ville c’est une mauvaise gestion des priorités. Cette mauvaise gestion s’est juste aggravée avec le virus.

Rôle des Parisiens, égoïstes et peu civilisés

Au titre des fautifs, rappelons malgré tout, le rôle des parisiens eux-mêmes. Paris est une ville de passage, une ville-monde qui accueille des millions de personnes différentes chaque année. Selon l’expression d’Olivier Dollfus, Paris est lié à “l’archipel mégalopolitain mondial”. Ces villes immenses sont des lieux de passage et sont donc plus sujettes à la saleté que les autres.

En effet, il y règne un sentiment de non-appartenance à la communauté, de ne pas être enraciné, de ne pas être dépendant de ses voisins, cela crée les conditions pour que chacun ne se soucie pas de la marque de son passage. On est moins consciencieux et moins citoyen. Cet égoïsme patent se met donc en place dans ces mégalopoles et à Paris plus particulièrement puisque de très nombreuses nationalités cohabitent sur un même territoire.

Finalement, quand Anne Hidalgo assumera pleinement sa responsabilité de maire, Paris pourra redevenir la plus belle ville du monde. Malheureusement, nous en sommes bien loin, puisque la maire préfère pointer du doigt “l’extrême droite”, qui aurait utilisé ce hashtag pour s’en prendre à elle. Ce serait donc juste une affabulation fasciste. C’est à se demander si elle a déjà été dans les rues de sa ville.

Partager

partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn envoyer par email

À consulter également